Partie 1 – Description de la chaîne opératoire

Le cœur de chaque fascicule est constitué par l’exposition des différentes phases de la chaîne opératoire, en soulignant chacun de ses éléments, en particulier ceux qui sont observables par l’archéologie. Il importera donc de garder à l’esprit la définition des différents éléments constituant la technique proposée par P. Lemonnier 1993 : « […] the human actors, sources of energy, tools, raw materials, gestures and mental procedures involved in a given action aimed at obtaining some material result generally fit together physically, or are at least more or less mutually compatible, otherwise no tangible result would derive from their systemic interaction »[1].

Le premier chapitre portera systématiquement sur la caractérisation des matières premières utilisées dans la production décrite dans le fascicule. Il s’agira donc de décrire ces matières premières, en se référant aux nomenclatures internationales en vigueur dans les sciences naturelles concernées (minéralogie, botanique, zoologie). Les éventuels usages combinatoires (e.g. les alliages) de ces matériaux sont alors également décrits. De la même manière, les possibilités de recyclage (en particulier pour le verre et les métaux) doivent être évoquées dans ce chapitre consacré aux matières premières.

À moins que le détail des techniques d’obtention de ces matériaux ne fasse l’objet d’un fascicule propre, celles-ci doivent être exposées dans un chapitre particulier, en suivant le découpage de la chaîne opératoire. Pour les matières organiques, il importera de souligner la disponibilité au fil de l’année (éventuellement modifiée par des processus de conservation), tandis que pour les matières minérales la disponibilité géographique sera évoquée.

Pour les chaînes opératoires complexes, il est possible de multiplier les chapitres consacrés aux matières premières, en concentrant la description des matières premières « secondaires » au début de la description de la chaîne opératoire secondaire. Ainsi, dans le volume consacré au textile, les matériaux permettant d’effectuer des teintures figureraient en tête du ou des chapitres consacré(s) à la teinture, tandis que le chapitre initiant le volume serait consacré aux fibres végétales et animales.

La matière première ayant déjà été évoquée, il s’agira ensuite de définir les formes d’énergie déployées, les outils utilisés et les gestes réalisés[2]. Les résultats, perceptibles archéologiquement, de ces actions doivent également être décrits et définis, qu’il s’agisse de sous-produits, de déchets, d’ébauches, de ratés, voire de produits finis[3], en ce qu’ils concourent à la définition des gestes effectués. Il importera également de traiter les éventuelles opérations de maintenance, de réparation et de remploi, chaque fois que la pratique est suffisamment fréquente et attestée. Au cas où ces opérations nécessitent le recours à une matière première particulière, celle-ci ne sera évoquée que brièvement et dans les paragraphes liés à la réparation, tandis que le processus technique sera défini dans ses détails. On réservera aux éventuelles formes de remploi une place en épilogue de la description de la chaîne opératoire.

La chaîne opératoire restant par définition la retranscription interprétative d’un processus observé[4], ses limites et son degré de précision restent subjectifs et conditionnés notamment par l’état de la recherche au moment de la rédaction. De plus, les techniques antiques n’étant sujettes qu’à une observation indirecte, on se fondera principalement sur les vestiges matériels pour les décrire. Toutefois, le recours aux autres sources de l’Antiquité (littéraires et iconographiques principalement) ne sera pas à exclure intégralement des chapitres décrivant la chaîne opératoire : dans certains cas, seuls des textes ou des images permettent de justifier le recours à une technique. Ainsi, l’utilisation de l’urine dans les procédés romains de foulerie n’est connue que par les textes. D’une manière générale, les sources, quelles qu’elles soient, ne seront pas discutées dans le corps du texte mais indiquées en note.

Nonobstant une certaine tradition historiographique[5], les techniques antiques ont bénéficié de transformations au gré des presque 13 siècles couverts par le dictionnaire. Pour en rendre compte, on introduira la notion de variante, en distinguant celles qui sont alternatives de celles qui sont facultatives. Les variantes alternatives correspondent à des étapes reconnues comme indispensables mais dont le mode d’exécution a varié au fil des siècles. Ainsi, dans la fabrication du pain, le pétrissage est indispensable ; il a pu être effectué à bras, dans des coffres, ou en recourant à un pétrin mécanique. Pétrissage à bras et pétrissage mécanique sont deux variantes alternatives du pétrissage. Les variantes facultatives correspondent à des étapes non reconnues comme indispensables ou non pérennes. Leur présence dans la chaîne opératoire varie en fonction de différents critères (chronologique, géographique, qualitatif, etc.). Toutes les variantes connues devront être mentionnées, en spécifiant leur nature.

Dans la version imprimée, une des difficultés tiendra à la manière de présenter de manière claire et nécessairement linéaire des processus qui ont pu être parallèles en raison des variantes. On recourra donc à une organisation interne des volumes selon un plan emboîté qui suivra une chaîne opératoire exhaustive théorique. Les variantes facultatives seront présentées au fil de la chaîne opératoire, même si elles n’ont eu qu’une faible diffusion : le pointage, première levée de la pâte trouvera logiquement sa place après le pétrissage. Les variantes alternatives seront présentées entre elles en suivant un ordre chronologique d’apparition. Ainsi, les types de meules seront présentés dans cet ordre : moulin à va-et-vient, moulin d’Olynthe, moulin rotatif à sang (dans ses différentes déclinaisons), moulin hydraulique.

D’une manière générale, ce sont les nécessités imposées par la chaîne opératoire décrite qui justifieront la présence ou l’absence d’une définition, même si cela implique de devoir dédoubler certaines d’entre elles dans deux fascicules. En revanche, l’indication que le terme est défini par ailleurs dans le volume (avec le recours aux petites capitales et l’utilisation de l’index général), permettra d’éviter le dédoublement d’une même définition dans un même volume, sauf bien évidemment si un même terme prend plusieurs acceptions en fonction du moment où il est employé dans la chaîne opératoire [6].

Plan général de chaque fascicule <<<

>>> Synthèses

[1] P. Lemonnier, Introduction, in P. Lemonnier (dir.), Technological choices: transformation in material cultures since the Neolithic, London – New York, 1993, p. 1‑35, part. p. 4.

[2] Les savoirs n’étant principalement perceptibles que par le recours au langage (direct par la parole ou indirect par l’écrit), ils ne peuvent que difficilement être intégrés ici. Ils seront alors évoqués dans le chapitre consacré aux langues anciennes.

[3] La difficulté ici sera d’éviter la redite inutile d’une typologie formelle.

[4] F. Sigaut, Technology, in T. Ingold (dir.), Companion encyclopedia of anthropology: humanity, culture and social life, London – New York, 1994 (Routledge Reference), p. 420‑459, part. p. 424-433.

[5] K. Greene, Technological innovation and economic progress in the ancient world: M. I. Finley re-considered, Economic History Review, 53, 1, 2000, p. 29‑59, contra M. I. Finley, Technical innovation and economic progress in the ancient world, Economic History Review, 18, 1, 1965, p. 29‑45.

[6] Par exemple : Corroyer (v. tr.) [dans la partie de la chaîne opératoire sur la préparation du métal] Marteler un fer peu homogène pour le rendre forgeable. Corroyer (v. tr.) [dans la partie sur l’assemblage] Assembler, par soudure et martelage, différentes pièces de métal, souvent de récupération, afin de fabriquer un demi-produit utilisable (cf. lopin).

Dictionnaire des techniques dans l'Antiquité | Dictionary of Techniques in Antiquity

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search