Category Archives: Fr

Remarques rédactionnelles

Forme et contenu des lemmes

Qu’il s’agisse de noms, de verbes ou d’adjectifs, tous les éléments de vocabulaire concourant à la description du processus technique seront définis, à la fois en français et en anglais, même ceux supposés être les plus triviaux ou considérés comme faisant naturellement partie d’une culture technique commune. Une traduction du terme dans chacune des quatre autres langues du dictionnaire sera systématiquement proposée en suivant l’ordre alphabétique en anglais et en français (cf. exemples ci-dessous). Au prix d’une répétition des traductions de termes, cela permettra de faciliter la lecture continuelle du texte dans l’une des deux langues principales. Si, pour certains termes, a priori peu nombreux, il n’existe pas de traduction exacte dans l’une des autres langues, celle-ci sera omise. Le lecteur pourra alors se reporter à la définition pour comprendre le contenu du concept absent dans sa langue.

Le choix des mots utilisés devra se fonder tout à la fois sur les impératifs de la description technique, tout en tentant autant que possible de suivre l’usage courant, à condition qu’il ne soit pas fautif. Des synonymes peuvent, en cas de nécessité, être ajoutés, s’il s’agit de synonymes « parfaits » ou presque parfaits et s’ils reflètent un usage ancré. Ainsi, les scories issues du forgeage seront dites en calotte ou en culot selon l’espace francophone fréquenté, sans que cela n’implique de différence de nature ; les deux termes seront donc définis en même temps. On évitera la multiplication des synonymes et en particulier la mention de termes dont l’usage peut être considéré comme vernaculaire. Si, face à des termes trop nombreux et spécifiques, voire issus sans ordre des langues régionales, un choix doit être pratiqué par les rédacteurs du volume, il suffira de s’en expliquer en avant-propos.

Une attention particulière sera donnée aux verbes en ce qu’ils permettent de rendre effective la description de l’action technique. Lorsqu’il existe un nom dérivé d’un verbe décrivant une action (e.g. pétrir et pétrissage), les deux doivent être mentionnés et traduits, tout en étant regroupés sous une définition unique.

Les définitions seront évidemment fondées sur la littérature existante, qu’elle soit d’usage commun ou qu’elle soit plus spécifiquement technique. Il ne s’agira pas de réécrire les définitions mais de proposer des synthèses qui s’accordent au mieux avec les besoins spécifiques de la description des techniques antiques. Le degré de détail de ces définitions variera en fonction des termes à définir. D’une manière générale, il s’agira de ne mentionner que les détails influençant ou ayant été influencés par le processus de production, sans se perdre dans des considérations trop détaillées typologiques disponibles dans la littérature sur la question, à laquelle il convient de renvoyer en note. De très brèves phrases permettront de créer un lien logique entre les définitions.

Parmi les informations devant figurer dans la définition, on soulignera l’importance de donner des idées des dimensions que peuvent prendre les éléments décrits. Si ces dimensions devaient présenter une forte variabilité, il sera nécessaire de voir si le recours à une seconde définition ne serait pas utile pour mieux caractériser les éléments de tailles différentes.

Notes

On utilisera les notes pour donner des éléments subsidiaires ou refusés.

C’est notamment là que l’on insèrera les termes latins ou grecs lorsqu’ils, en spécifiant brièvement les moments d’utilisation de ces termes. Ainsi, figlina apparaîtra à deux reprises en notes, d’abord comme traduction possible de zone d’extraction d’argile pour la période républicaine, puis en lien avec la possible définition d’atelier de production céramique pour la période impériale.

Si des termes grecs ou latins ont été par le passé utilisés pour caractériser de manière abusive des éléments liés à la production, la raison de leur rejet sera rapidement développée en notes. Cependant, si cet usage participe d’un débat non réglé, la mention de ces termes sera reportée dans le dernier chapitre de la seconde partie (cf. infra).

D’une manière générale, on n’indiquera pas de termes grecs et latins renvoyant aux praticiens, aux noms de métiers etc.

C’est également en note que l’on reportera les éléments justifiant l’introduction d’une définition dans le corps du texte, qu’il s’agisse de renvois bibliographiques ou de justifications fondées sur des parallèles ethnographiques ou expérimentaux. Des éléments ethnographiques non clairement attestés dans l’Antiquité ne seront mentionnés en note que s’ils pourraient avoir eu lieu, en dehors d’une rupture technique majeure, mais paraissent difficilement observables à travers les sources antiques (voir ci-dessous l’exemple de la pesée dans la boulangerie) : afin d’éviter la transformation du DicTA en dictionnaire universel des techniques, on n’intégrera pas les grandes ruptures radicales (e.g. la fonte brute ou l’acier ne seront pas mentionnés).

Les notes permettront également de traiter des débats de basse intensité, notamment en ce qui concerne les problèmes terminologiques, en particulier lorsque la pratique dans la littérature archéologique apparaît inadéquate ou bien a été mise en discussion trop récemment pour qu’une solution ait déjà été adoptée. Si le terme normalement utilisé par les archéologues est un peu impropre, on mentionnera en note le terme issu de la pratique moderne[1]. Si en revanche le terme traditionnellement utilisé par les archéologues est franchement impropre, il sera rejeté en note et remplacé dans le texte principal par un mot issu de la pratique moderne ou contemporaine.

En bref, le corps du texte ne comprendra que des termes acceptés ou acceptables tandis que les notes seront peuplées de termes incorrects, discutés ou rejetés.

Exemples

Broyer (tr.). All. zerstossen ; angl. crush ; esp. triturar ; it. frantumare. Réduire en petites particules ou en pâte par choc ou par pression discontinue.

Moudre (tr.). All. mahlen ; angl. grind ; esp. moler ; it. macinare. Réduire en particules fines par pression continue en recourant à un moulin.

Grind (w. obj.). Fr. moudre ; ger. mahlen ; it. macinare ; sp. moler. Reduce (something) to small particles or powder by crushing it with a continuous pressure using a quern or a mill.

Pétrissage (m.) [All. Teigbereitung (f.), Knetung (*) ; angl. kneading ; esp. *** (*.) ; it. impastatura (f.). Verbe : pétrir (tr.) ; all. Kneten (tr.) ; angl. to knead (w. obj.) ; esp. amasar (tr.) ; it. impastare (tr.)] action de mélanger la farine avec de l’eau, un éventuel agent levant et tout autre ingrédient afin d’en faire une pâte. Il se singularise du simple mélange des ingrédients par sa durée visant tout autant à homogénéiser la pâte qu’à donner de l’énergie aux agents levant.

 

Que ce soit immédiatement après le pétrissage ou après le pointage, la pâte doit être divisée [All. teilen (v. tr.) ; angl. to divide (w. obj.) ; esp. dividir (v. tr.) ; it. dividere (v. tr.)] en masses plus réduites et vraisemblablement pesée [All. wiegen (v. tr.) ; angl. to weigh (w. obj.) ; esp. pesar (v. tr.) ; it. pesare (v. tr.)][2].

 

Remarques typographiques

Outre l’adoption d’une feuille de styles conçue ad hoc pour faciliter la lisibilité du dictionnaire, on soulignera aux rédacteurs la nécessité de systématiquement utiliser les accents pour les mots du dictionnaire écrits en petites capitales, ainsi que de suivre la réforme allemande de l’orthographe (1996-2006).

Forme et contenu de la version électronique

Parallèlement à la rédaction des différents volumes, une édition électronique sera préparée. Elle sera réalisée en recourant à un logiciel libre, vraisemblablement sous la forme d’un wiki. Cette forme d’application web permettra de reprendre l’intégralité des volumes imprimés, tout en permettant une mise à jour plus rapide. Deux interfaces seront proposées. La première reprendra le texte général, avec des liens hypertextes ouvrant sur la seconde interface dans laquelle seront rassemblées les définitions stricto sensu.

Dès la mise en service, cette édition électronique comportera des textes en français et en anglais. Elle pourra facilement proposer des extensions vers d’autres langues, que celles-ci soient les trois autres ne bénéficiant que d’une traduction des termes, ou d’autres, en particulier l’arabe et le grec. Les traductions des définitions ainsi proposées seront réalisées sous le contrôle du comité de pilotage.

D’une manière générale, sans réduire le caractère collaboratif de ce dictionnaire, la capacité d’apporter des modifications au contenu électronique restera strictement cantonnée aux membres des différents comités mais pourra être étendue sur avis de ces derniers.

La seule difficulté actuellement perceptible quant à l’édition électronique tient aux figures. Il serait nécessaire que celles-ci soient rendues disponibles dans le cadre d’une licence Creative Commons BY-NC-SA. Le risque juridique est de deux ordres : d’une part, un risque de conflit d’intérêt avec l’éditeur ; ce risque pourrait être réglé en amont par contrat. D’autre part, il est possible que des figures déjà publiées ne puissent pas bénéficier du droit de citation et ne puissent donc être diffusées en ligne sans l’accord au moins de l’auteur, voire de son éditeur. Des éclaircissements sur la législation européenne sont en cours de recherche.

Généralités <<<
>>> Plan général de chaque fascicule

[1] À titre d’exemple, le français utilise le terme de battitures qui, bien qu’il s’agisse d’un terme employé au XIXe par les sidérurgistes industriels, ne serait plus en usage chez les forgerons actuels qui emploieraient à la place le terme plus générique de calamine. Si ce dernier terme ne devait pas recevoir de définition, il faudrait l’indiquer comme synonyme « moderne » en note.

[2] La pesée, phase reconnue dans la boulangerie moderne, est attestée sur le seul relief du Museo civico de Bologne (Inv. Rom. 1872). Le fragment supérieur droit montre un personnage qui dépose des boules de pâte sur la table de façonnage ; au-dessus de son épaule gauche est visible un probable plateau de balance [All. *** (*.) ; angl. scale pan ; esp. platillo (m.) de la balanza (f.) ; it. piatto (m.) di bilancia (f.)].
Dans la boulangerie moderne, il y aurait, après la pesée, une nouvelle phase, brève, de fermentation, la détente [all. Zwischengare (f.), Ballengare (f.) ; angl. intermediate, first proving ; esp. *** (*.) ; it. rinfresco (m.)], qui survient après le boulage [all. Rundwirken (m.) ; angl. rounding ; it. staglio (m.)] ou mise de la pâte en boules [all. Teigballe (f.) ; esp. *** (*.)]. Aucun élément, même iconographique ne permet de considérer si ces deux phases étaient pratiquées dans l’Antiquité. Il n’est pas impossible que boulage et façonnage aient été confondus.

Présentation

DicTA

Dictionnaire des techniques dans l’Antiquité

L’objectif général de ce dictionnaire est de proposer un outil permettant une description aisée et aussi standardisée que possible des différents éléments liés à la production, en se fondant principalement sur les vestiges archéologiques, entre le VIe s. av. n.è. et l’Antiquité tardive. Fondé sur les connaissances de la culture matérielle au moment de la rédaction, et illustré par celles-ci, le dictionnaire pourra ainsi contribuer à faciliter l’interprétation des vestiges au moment de leur découverte. Ce dictionnaire sera organisé en fonction des grandes lignes de la chaîne opératoire, qui permet de suivre une matière première de son obtention à sa transformation en un produit semi-fini ou fini.

Plan du site

Etat de l’art
Objectifs et extension
Généralités

Remarques rédactionnelles

Plan général de chaque fascicule

Description de la chaîne opératoire
Synthèses

Partie 2 – Synthèses

Outre les différents lemmes donnant la définition des éléments composant chaque chaîne opératoire, les fascicules comporteront une partie finale dressant une synthèse qui permettra de souligner l’évolution des techniques au fil des siècles étudiés, en proposant des représentations synthétiques des différentes chaînes opératoires évoqués dans la première partie et en insistant autant que possible sur les variations chronologiques et géographiques.

Cette partie, qui sera par définition plus périssable, constituera une image, au moment de la rédaction, des connaissances acquises sur chaque type de production et sur les principaux débats parcourant alors la recherche. On évitera les questions plus strictement économiques ou sociales (statut, nombre et spécialisation de la main-d’œuvre ; impact des formes de travail sur celle-ci ; basculement partiel d’une production domestique à une production à visée commerciale, etc.), tout en souhaitant que les éléments rassemblés dans la synthèse aident à rédiger d’autres ouvrages spécialisés consacrés aux questions économiques sur fondements techniques.

Continue reading Partie 2 – Synthèses

Partie 1 – Description de la chaîne opératoire

Le cœur de chaque fascicule est constitué par l’exposition des différentes phases de la chaîne opératoire, en soulignant chacun de ses éléments, en particulier ceux qui sont observables par l’archéologie. Il importera donc de garder à l’esprit la définition des différents éléments constituant la technique proposée par P. Lemonnier 1993 : « […] the human actors, sources of energy, tools, raw materials, gestures and mental procedures involved in a given action aimed at obtaining some material result generally fit together physically, or are at least more or less mutually compatible, otherwise no tangible result would derive from their systemic interaction »[1].

Continue reading Partie 1 – Description de la chaîne opératoire

Objectifs & extension

Alors même que les recherches centrées sur les différentes formes de production ne cessent de s’accroître aux échelles nationales et européennes, un problème majeur subsiste : l’incapacité des chercheurs à employer des termes identiques pour qualifier leurs sujets d’étude. En dépit de rares expériences isolées, il manque encore un véritable instrument de travail voué à faciliter les échanges entre les chercheurs intéressés par le vaste domaine de la production dans l’Antiquité.

L’objectif général de ce dictionnaire est de donner un outil permettant une description aisée et aussi standardisée que possible des différents éléments liés à la production, en se fondant principalement sur les vestiges archéologiques. Fondé sur les connaissances de la culture matérielle au moment de la rédaction, et illustré par celles-ci, le dictionnaire pourra ainsi contribuer à faciliter l’interprétation des vestiges au moment de leur découverte.

Ce dictionnaire suivra les grandes lignes de la chaîne opératoire permettant, durant l’Antiquité, de suivre une matière première de son obtention à sa transformation en un produit semi-fini ou fini. On suivra la définition proposée par R. Cresswell : « Une chaîne opératoire est une série d’opérations qui transforment une matière première en un produit, que celui-ci soit objet de consommation ou outil » [1]. Ainsi, passées les questions strictement liées à la culture des céréales, qui seraient abordées dans un fascicule propre (cf. infra), la chaîne opératoire de la transformation des céréales en vue de leur consommation comporterait trois phases successives : traitements préparatoires (mouture, grillage, etc.), mélange des ingrédients, cuisson. Chacune de ces grandes phases est ensuite subdivisée en diverses étapes, pouvant comporter des variantes et des innovations qui sont alors présentées en suivant l’ordre technique et chronologique de leur introduction. La limite à donner à l’exploration des « degrés du fait » [2] variera en fonction de chaque type de production. Cependant, les produits en tant que tels en sont exclus, dès lors qu’ils ne constituent pas un élément propre à être utilisé dans une chaîne opératoire (outil ou produit semi-fini), à moins que leur description ne permette de mettre en évidence des outils ou des gestes dont les traces matérielles seraient autrement invisibles.

D’un point de vue chronologique, le dictionnaire prendra en considération les techniques à partir du VIe s. av. n. è., de manière à ce que l’on puisse considérer que chacun des peuples étudiés est alors entré pleinement dans l’âge du fer, entendu ici non seulement comme une maîtrise de la métallurgie du fer mais aussi comme un usage courant (non réservé aux seules élites) de ce métal.

Les bornes chronologiques conclusives seront plus fluctuantes, en ce qu’elles dépendront du moment d’intervention de transformations radicales dans la chaîne opératoire. L’Antiquité tardive sera incluse et la cadre chronologique pourra déborder sur le haut moyen-âge, en fonction du moment auquel l’érosion des circuits commerciaux, notamment d’approvisionnement en matières premières, devient telle qu’il est alors impossible de maintenir les pratiques héritées et qu’il est nécessaire d’adopter de nouvelles techniques. D’une manière générale, la borne chronologique basse devrait se situer au plus tard autour du VIIe s. de n. è.

L’aire centrale dans notre propos sera le bassin méditerranéen, étendu au nord jusqu’en Europe médiane. Des incursions hors de cet espace principal seront occasionnellement effectuées, en particulier pour pouvoir suivre les transferts techniques issus notamment du Moyen-Orient voire d’Asie. En revanche, les transferts commerciaux, dès lors qu’ils n’ont pas occasionné de variation technique dans l’espace central, ne seront pas mentionnés. De la sorte, il sera possible de définir les contours et les variations du socle technologique en usage autour du bassin méditerranéen pendant un long millénaire.

Etat de l’art <<<
>>> Généralités

[1] « Une chaîne opératoire est une série d’opérations qui transforment une matière première en un produit, que celui-ci soit objet de consommation ou outil », R. Cresswell, Techniques et culture : les bases d’un programme de travail, Techniques & Culture, 54‑55, 2010 [1976], p. 23‑45, part. p. 26 [disponible en ligne].

[2] A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. 1. L’homme et la matière, 2e éd., Paris, 1971 (Sciences d’aujourd’hui), p. 27‑35.

Généralités

Les fascicules seront organisés en fonction des grandes familles de matières premières, de manière à inclure les techniques d’extraction ou de culture. L’ordre proposé ici n’est pas nécessairement l’ordre de publication.

  • Matières organiques
    • Agriculture, sylviculture, élevage, pêche (techniques et outillage)
    • Techniques alimentaires (transformation et conservation)
    • Techniques textiles
    • Le travail des peaux
    • Le travail du bois et de l’os
  • Matières minérales
    • La production céramique
    • La pierre (extraction et exploitation)
    • Production et travail du métal (extraction, raffinage et métallurgie de production)
    • Le verre
    • Les pierres précieuses
  • Productions composites
    • Techniques de construction
    • Techniques de construction navale
  • Volumes de synthèse
    • Le petit outillage
    • Les machines
    • Sources d’énergie
    • Actions techniques

Calendrier prévisionnel

La préparation de la rédaction de cinq fascicules (céramique, alimentation, textile, verre, métal) commencera à partir de l’automne 2017. Des réunions seront organisées de manière à réunir les différents comités de rédaction pour préparer le plan de chacun des volumes. Les premiers fascicules pourraient être imprimés à l’horizon 2021.

Langues

Chaque fascicule du dictionnaire sera rédigé en français et en anglais. Les traductions des termes seront également données, dans la version imprimée, en allemand, espagnol et italien. Des index alphabétiques multilingues permettront de retrouver les différents lemmes dans le dictionnaire.
La version en ligne reprendra initialement ces différentes langues. Elle permettra toutefois de proposer d’autres langues, en particulier le grec moderne et l’arabe.

Objectifs et extension <<<

>>> Remarques rédactionnelles

État de l’art

Il n’existe, à l’heure actuelle, aucun dictionnaire qui rassemble la définition des termes techniques propres à chacune des formes de production de l’Antiquité et / ou qui permette de trouver facilement la traduction de ces termes en d’autres langues que celle de rédaction du dictionnaire.

Un rapide panorama permet de souligner deux tendances. D’une part, les véritables dictionnaires sont généralement soit très spécialisés (à l’instar du Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine [1]), soit trop généralistes, car centrés sur une période et/ou une aire géographique spécifiques [2]. Toutefois, comme dictionnaires, éventuellement mais rarement multilingues, ils proposent des définitions des termes qu’ils contiennent. D’autre part, la tendance inverse existe également. Nombreux sont les thesaurus ou les lexiques qui proposent de simples listes de mots, généralement centrés sur une production particulière, fondée sur un type de matière première (e.g. le métal) ou sur un grand type de production (e.g. la céramique [3]) et donc souvent d’un technicisme poussé, sans toutefois que l’on ne trouve nécessairement de véritables définitions à ces termes.

On ajoutera enfin, qu’à de rares exceptions, l’ordre alphabétique est utilisé pour la présentation des lemmes, ce qui rend difficile une consultation ex abrupto, en l’absence de connaissance de clé d’entrée.

Il existe donc une place, et un besoin, pour la rédaction d’un dictionnaire raisonné multilingue des techniques du monde antique (Europe et Méditerranée).

>>> Objectifs et extension

 

[1] R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Rome – Athènes, 1985 (Collection de l’École française de Rome, 84, 1) [en ligne].
R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome II. Éléments constructifs : supports, couvertures, aménagements intérieurs, Rome – Athènes, 1992 (Collection de l’École française de Rome, 84, 1) [en ligne].
R. Ginouvès (dir.), Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome III. Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, Rome – Athènes, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 84, 3) [en ligne].
[2] O. Aurenche, Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche Orient ancien, Lyon, 1977 (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen ancien, 3).

[3] N. Blondel, Céramique : vocabulaire et technique, Paris, 2001 (Principes d’analyse scientifique, 8).