Category Archives: Objectifs & extension

Objectifs & extension

Alors même que les recherches centrées sur les différentes formes de production ne cessent de s’accroître aux échelles nationales et européennes, un problème majeur subsiste : l’incapacité des chercheurs à employer des termes identiques pour qualifier leurs sujets d’étude. En dépit de rares expériences isolées, il manque encore un véritable instrument de travail voué à faciliter les échanges entre les chercheurs intéressés par le vaste domaine de la production dans l’Antiquité.

L’objectif général de ce dictionnaire est de donner un outil permettant une description aisée et aussi standardisée que possible des différents éléments liés à la production, en se fondant principalement sur les vestiges archéologiques. Fondé sur les connaissances de la culture matérielle au moment de la rédaction, et illustré par celles-ci, le dictionnaire pourra ainsi contribuer à faciliter l’interprétation des vestiges au moment de leur découverte.

Ce dictionnaire suivra les grandes lignes de la chaîne opératoire permettant, durant l’Antiquité, de suivre une matière première de son obtention à sa transformation en un produit semi-fini ou fini. On suivra la définition proposée par R. Cresswell : « Une chaîne opératoire est une série d’opérations qui transforment une matière première en un produit, que celui-ci soit objet de consommation ou outil » [1]. Ainsi, passées les questions strictement liées à la culture des céréales, qui seraient abordées dans un fascicule propre (cf. infra), la chaîne opératoire de la transformation des céréales en vue de leur consommation comporterait trois phases successives : traitements préparatoires (mouture, grillage, etc.), mélange des ingrédients, cuisson. Chacune de ces grandes phases est ensuite subdivisée en diverses étapes, pouvant comporter des variantes et des innovations qui sont alors présentées en suivant l’ordre technique et chronologique de leur introduction. La limite à donner à l’exploration des « degrés du fait » [2] variera en fonction de chaque type de production. Cependant, les produits en tant que tels en sont exclus, dès lors qu’ils ne constituent pas un élément propre à être utilisé dans une chaîne opératoire (outil ou produit semi-fini), à moins que leur description ne permette de mettre en évidence des outils ou des gestes dont les traces matérielles seraient autrement invisibles.

D’un point de vue chronologique, le dictionnaire prendra en considération les techniques à partir du VIe s. av. n. è., de manière à ce que l’on puisse considérer que chacun des peuples étudiés est alors entré pleinement dans l’âge du fer, entendu ici non seulement comme une maîtrise de la métallurgie du fer mais aussi comme un usage courant (non réservé aux seules élites) de ce métal.

Les bornes chronologiques conclusives seront plus fluctuantes, en ce qu’elles dépendront du moment d’intervention de transformations radicales dans la chaîne opératoire. L’Antiquité tardive sera incluse et la cadre chronologique pourra déborder sur le haut moyen-âge, en fonction du moment auquel l’érosion des circuits commerciaux, notamment d’approvisionnement en matières premières, devient telle qu’il est alors impossible de maintenir les pratiques héritées et qu’il est nécessaire d’adopter de nouvelles techniques. D’une manière générale, la borne chronologique basse devrait se situer au plus tard autour du VIIe s. de n. è.

L’aire centrale dans notre propos sera le bassin méditerranéen, étendu au nord jusqu’en Europe médiane. Des incursions hors de cet espace principal seront occasionnellement effectuées, en particulier pour pouvoir suivre les transferts techniques issus notamment du Moyen-Orient voire d’Asie. En revanche, les transferts commerciaux, dès lors qu’ils n’ont pas occasionné de variation technique dans l’espace central, ne seront pas mentionnés. De la sorte, il sera possible de définir les contours et les variations du socle technologique en usage autour du bassin méditerranéen pendant un long millénaire.

Etat de l’art <<<
>>> Généralités

[1] « Une chaîne opératoire est une série d’opérations qui transforment une matière première en un produit, que celui-ci soit objet de consommation ou outil », R. Cresswell, Techniques et culture : les bases d’un programme de travail, Techniques & Culture, 54‑55, 2010 [1976], p. 23‑45, part. p. 26 [disponible en ligne].

[2] A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. 1. L’homme et la matière, 2e éd., Paris, 1971 (Sciences d’aujourd’hui), p. 27‑35.